Paroles & malentendus

By on 25 mai 2014, in Cheminement personnel, Journal, Leçons essentielles

Un jour, j’ai dit à ma moitié de vie : « je veux vivre ma vie avec toi, que nous ayons et élevions des enfants ensemble, que nous vieillissions ensemble ».

Et elle a compris que je disais : « je n’en aimerai pas d’autre(s) que toi, nous serons exclusifs l’un pour l’autre, je ne vieillirai qu’avec toi auprès de moi, et nous seuls élèverons nos enfants ».

Sans reformulation de part et d’autre, ça semble l’interprétation la plus logique, et c’est celle qui est véhiculée implicitement — ou non — par notre société.

Il se trouve qu’aujourd’hui cette position « exclusive » est en opposition totale avec mes aspirations. Je rêve d’un mode plus riche, plus relié, plus plein, où les relations d’amour s’entremèlent et concourent à nos bonheurs à tous. La déclaration initiale reste vraie, mais elle n’est qu’une petite partie d’un monde inclusiviste, comme si elle n’était à l’époque que la partie visible de ce que je connaissais.

Alors que l’interprétation qui en a été faite, le modèle imposé — et non proposé — par la société, vont totalement à l’encontre de ces aspirations : ils sont négationistes de tout ce qui était alors inconnu, alors « encore à découvrir ».

#epicfail #communication #malentendus #projetdevie #schemassociaux #tribute2salomé #tribute2cespedes


D’où la nécessité, jour après jour :

  • d’inscrire la relation dans une parole explicite,
  • de débattre ensemble ce qui est dit par l’un et entendu par l’autre par la reformulation,
  • de trouver des moments particuliers dédiés à ce partage,
  • pour chacun, de ne pas se perdre soi-même, de savoir écouter, verbaliser, expliciter ses propres besoins, désirs, demandes, schémas pour pouvoir les exprimer clairement à l’autre.

Tout ceci n’est pas facile. Mais c’est très simple.

Ne pas prendre la facilité pour la simplicité, ça c’est difficile.

Ne pas prendre un désir fort pour un besoin et vice-versa nécessite de pouvoir se retrouver et de ne pas avoir peur de soi ni de ses propres réactions, de ne pas avoir peur de l’autre, ni de ses réactions à lui/elle.

Un contexte d’écoute mutuel inscrit dans l’explicite est un magnifique creuset pour y faire naître une relation épanouissante. À défaut de l’avoir avant la relation, tendre à le mettre en place pendant la relation offre de grandes perspectives de cheminer ensemble.

La relation, c’est le chemin que nous parcourons ensemble. Mais pas que ;-)

0

Reply