L’image de l’autre intériorisée

By on 3 juin 2014, in Cheminement personnel, Journal, Leçons essentielles, Parole

La conscientisation de l’image de l’autre fluidifie grandement le rattrapage des décalages être→image dans la relation.

C’est un peu savoir — et garder en conscience à tout moment — que ma perception de l’autre n’est pas l’autre.

Ça semble évident, mais le décalage entre l’autre et l’image que nous avons de lui est source de nombreux malentendus ou malaises, en fonction de l’amplitude du décalage.

Je ne dois pas enfermer l’autre ou le réduire à ce que je perçois de lui/elle.

Je dois « rafraîchir » cette image perçue le plus souvent possible.

Et de même, rafraîchir l’image qu’il/elle a de moi en lui/elle lors de tout changement de mon côté.

[D’où l’intérêt d’être en conscience de soi-même pour observer ses propres changements.]

Chacun accompagne l’autre et les deux cheminent ensemble. Ils/elles construisent ensemble la voie — forcément unique — sur laquelle ils cheminent.

Si chacun porte ces échanges ou leur potentialité — lorsqu’ils n’ont pas lieu d’être — en pleine conscience, alors cette attitude pro-active (échanger et savoir que l’on peut le faire) de chacun renforce la relation par une confiance supplémentaire qu’il/elle a en l’autre.

[L’effet pervers est évidemment l’excès de confiance, si la mise en conscience ou les échanges s’affaiblissent.]

Cette double communication bi-directionnelle créée une vibrance — de deux êtres à l’unisson — dans la relation.

Il peut y avoir volonté d’entrelacement des individus par leur parole ou leur corps.

À travers une parole intense et vraie — verbale ou non — les individus aspirent à faire fusionner l’image qu’il ont de l’autre avec l’autre, pour se lover au plus près de lui/elle.

Accueillir la parole de l’autre en soi, c’est effleurer son être.

Offrir une parole vraie — verbale ou non, encore une fois — à l’autre sur moi, c’est lui donner la possibilité de s’approcher de moi au plus près. C’est un peu s’abandonner à se laisser effleurer par lui.

Libre à chacun d’en ressentir plaisir, peur, joie, douleur, nouveaux désirs… Les émotions varient en fonction du contexte, des protagonistes et de leur histoire personnelle.

Mais quelles que soient les émotions, ces échanges sont une des incarnations tangibles du « cheminer ensemble ».

0

Reply