La confiote à Coco

By on 10 septembre 2015, in Cheminement personnel, Inspiration, Journal, Parole

Bon, déjà, il fallait trouver un titre à cet article (obligatoire, merci le blog…). Alors quelque chose de familier et pas solennel pour un sou. Parce que trouver devant chez soi un pot de confiote qui vient de faire 200 bornes, c’est déjà pas commun, moitié flippant. Limite stupide. Oh gode, ce mec est barré !

Alors en plus si ça a l’air sérieux, ça ressemble soit à une pathologie psychologique sévère, soit à une belle merdasse romantico-judéo-chrétienne (schémas sociaux hétéro-normatifs, toussa…), et là c’est carrément flippant. Ou alors vraiment, mais alors vraiment très stupide. Attends, ce mec serait socialement conditionné à être barré ?!

Mais non !

La zébritude n’est pas une pathologie. C’est récent mais c’est prouvé. Pfiou, sauvé à moitié. En général les zèbres sont pas stupides. Mouais ça dépend du point de vue, mais « sur un malentendu ça peut passer »™. Et puis — là il faut me croire sur parole — ce n’est pas une merde mielleusement romantique non plus. Le romantisme, c’est vraiment une pourriture — expérience vécue, autre article sur ce blog… à toi de le trouver. J’ai arrêté il y a longtemps. Mon pôte Michaël m’y a aidé, faut dire.

Alors c’est quoi ?

Partons du principe que moi aussi je suis « un peu » décalé (tout est relatif, pas vrai ?). Et aussi que j’adore être là où les gens ne m’attendent pas (au propre comme au figuré).

Dans un premier temps, c’est une sorte d’exutoire. J’avais tellement envie de te voir il y a deux jours, tellement (mais genre, z’intensément ;-) ), qu’attendre une semaine de plus, c’était TRODUUUUUURPAPOSSIIIIIIIBLE. J’ai donc trouvé une sorte de palliatif.

J’aurai pu venir sans rien laisser, mais là ça aurait été maso, voire un peu dommage. J’aurai pu attendre et ne pas venir, mais ça, c’est pas vraiment moi. Je me respecte un minimum, bordel.

J’aurais pu venir et « m’imposer » alors que tu ne m’attendais pas, mais je te respecte un miminum aussi, bordel. Tout ça reste un évènement pré-first-date. Mon cerveau me dit « elle te plait, alors évite de lui faire peur ».

Je me suis dit, un petit clin d’œil, ça mange pas de pain (enfin, si, mais avec la confiote et du beurre, enfin bon tu vois, quoi). Et ça peut rendre l’histoire un peu plus piquante ;-) Ou piquer ta curiosité. Enfin pas la confiote en elle-même, elle est pas épicée. Elle est plutôt sucrée. Du coup ça m’a inspiré un truc un peu sucré, mais pas mielleux. Légèrement acidulé. D’où la framboise.

Prends donc tout ça avec toute la légèreté acidulée et tout le sourire dont tu es capable ; moi j’en ai mis des tartines dans mes intentions. J’ai fait l’aller-retour avec la banane jusqu’aux oreilles, imaginant la tête que tu ferais quand tu le trouverais. Faudra que tu me racontes, d’ailleurs. Si tes collocs n’ont pas kidnappé ou décimé le pot avant que t’arrives ;-)

Au final, ça me permet de me sentir mieux ; mon désir de te rencontrer me laisse un peu tranquille. Enfin, avec un peu de chance il pourra attendre jusqu’à jeudi prochain. J’en ai laissé un petit peu chez toi ^_^

Carpe diem, alors je m’amuse. J’adore jouer. Je sais que ce n’est pas commun pour un zèbre de dire « carpe diem », en général, on a du mal (« tu penses trop au lieu de vivre le moment », toussa…). Mais j’ai l’immense chance — que je célèbre chaque jour — d’adorer mon chemin de vie tout cabossé ; je me trouve plutôt épanouï, je m’aime comme je suis, et franchement ça change tout : le moment présent, je l’adore. Il n’est pas « pollué » par mes pensées permanentes, il en est intensément exhalté. Je KIFFE.

[mode girafe explicite]
Donc oui, j’ai fait tout ça majoritairement pour moi. Je me suis fait plaize. Drole de façon, peut-être, mais rien à foutre. J’assume.

Et ce message, c’est pour pouvoir partager mon plaisir avec toi. Tant mieux si ça te fait plaisir. TROP tant mieux, même si ça te fait juste UN PEU plaisir. Chié de merde si ça te fait peur. Trop pardon si ça t’emmerde.
[fin du mode girafe]

Enfin tu me diras. Avec ou sans mots, d’ailleurs.

à jeudi :-)

1
  • coco

    yo! merci pr la confiote!
    j’savais que t’etais taré (et ça m’as jamais posé l’ombre d’un souci, ce genre de choses)
    a bientot…

Trackbacks and Pingbacks

Reply